ProcessMaker V3.2 - Get Set...Get Ready...

V3.2

L'attente s'est accrue pour la sortie de ProcessMaker v3.2, qui n'est prévue que dans quelques semaines. Il y a beaucoup de raisons à cette anticipation. La V3.2 est une version importante pour ProcessMaker pour trois raisons principales : La qualité, la connectivité et les rapports.

Parlons d'abord de la première raison - la qualité. La version 3.2 de ProcessMaker est la première version que nous réalisons sous la direction de notre nouveau directeur technique, Taylor Dondich. Taylor est un ingénieur de premier ordre et un grand leader de l'informatique. J'ai également appris qu'il peut être un vrai casse-tête en matière de contrôle de la qualité. La version 3.2 est le logiciel le plus testé que nous ayons jamais publié. Au cours de l'année dernière, nous avons travaillé très dur pour ajouter une nouvelle couche d'outils et de processus DevOps pour notre équipe d'assurance qualité. Nous avons ajouté beaucoup de formalités à l'ensemble de notre processus de publication. Pour certains de nos clients, cela s'est traduit par ce qui semble être une attente interminable pour cette version 3.2. Cependant, il ne fait aucun doute dans notre esprit que nous avons apporté des améliorations spectaculaires et que c'est la bonne façon d'améliorer la qualité et la fiabilité de nos versions.

Alors maintenant pour les trucs cool. Dans notre précédente version, vous avez probablement remarqué que nous avons ajouté une nouvelle façon d'appeler une API REST. Nous l'avons appelée "ProcessMaker Connectors". Vous pouvez lire à leur sujet ici. Eh bien, ce n'était que la première étape. Vous pouviez toujours appeler un point final REST à partir d'un déclencheur ProcessMaker. Le connecteur permettait simplement d'ajouter beaucoup plus facilement un nouveau REST Endpoint dans une bibliothèque standard, c'est-à-dire notre bibliothèque de connecteurs. Cependant, dans la version 3.2, nous allons plus loin en reprenant le concept de ProcessMaker comme "Platform as a Service" (iPaaS). Nous avons maintenant ajouté la tâche de service. La tâche de service est un type d'activité BPMN 2.0 qui est très spécial lorsqu'il est combiné avec la bibliothèque de connecteurs de ProcessMaker. La Service Task permet maintenant à nos concepteurs de processus d'avoir une façon visuellement explicite d'appeler un connecteur qui se connecte à un système tiers. Auparavant, il fallait regarder une étape dans une tâche et regarder le code d'un déclencheur pour voir ce qui se passait. Maintenant, vous pouvez simplement utiliser une tâche de service pour montrer visuellement dans une carte de processus ProcessMaker quand et comment vous voulez vous connecter à un système tiers. Nous pensons que cela facilitera BEAUCOUP les processus de cartographie et l'intégration à des systèmes tiers.

Supposons par exemple que vous ayez un processus dans lequel nous voulons d'abord nous connecter à notre ERP SAP et ensuite pré-remplir un formulaire avec des données SAP. Nous avons besoin des données SAP pour la demande ECO afin que notre utilisateur puisse sélectionner la pièce ou le sous-ensemble que nous voulons modifier. L'utilisateur doit voir les pièces et les sous-assemblages dépendants dans une liste déroulante sur le formulaire.
Sur cette image, la première tâche est une tâche de service qui appelle un connecteur SAP. Le connecteur SAP sera sélectionné dans le fichier de la bibliothèque publique de connecteurs de ProcessMaker. La beauté ici, comme mentionné ci-dessus, est que cela est maintenant visuellement explicite. Je peux voir dans mon processus quels systèmes sont appelés, pourquoi et quand. Pour ceux qui aiment faire cela à l'intérieur des déclencheurs et des étapes... "Oui", vous pouvez toujours faire cela aussi. Mais pour les analystes commerciaux qui sont moins enclins à la technique, la tâche de service permet de comprendre beaucoup plus facilement comment et quand un processus va obtenir ou mettre des informations d'un autre système ou dans un autre système.

Appeler un connecteur de processeur

Comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus, elle est maintenant très visuelle et très simple. Je vais simplement à la tâche de service, je clique sur les propriétés, et j'ai accès à ma bibliothèque de connecteurs. Dans la bibliothèque de connecteurs, je trouverai des terminaux pour des services populaires comme Google Drive, S3 et Box pour le stockage, Google Calendar pour le calendrier, Adobe Sign et Docusign et Right Signature pour les signatures numériques, des connecteurs pour SalesForce, SAP et d'autres pour la gestion de la relation client (CRM), l'ERP, etc.
Mais attendez, il y a mieux. Qu'en est-il de tous les systèmes internes que votre équipe informatique est en train de mettre en place ? Pour ces systèmes, nous avons le concept d'une bibliothèque privée de connecteurs. Vos développeurs internes peuvent publier leurs connecteurs (API) dans une bibliothèque de connecteurs privée qui permettra de se connecter à vos systèmes internes pilotés par API exactement de la même manière. C'est la façon dont nous "activons votre écosystème" d'applications afin qu'elles puissent être consommées par ProcessMaker Workflow.
Plutôt cool, non ?
Enfin, parlons des outils de reporting de données. Nous avons lentement sorti ces nouveaux outils au cours des deux dernières versions. Dans la v3.2, vous aurez désormais des gadgets visuels comme option de rapport dans votre concepteur de rapport. Pour vous rafraîchir la mémoire, laissez-moi vous expliquer ce que Data Reporting Tools vous offre. Tout d'abord, vous pouvez créer un champ d'application pour vos rapports. Cela vous permet de définir qui peut concevoir un rapport et à quelles données il peut accéder. Vous pouvez restreindre l'accès au niveau des tableaux et/ou des champs.

Définir le champ de sécurité d'un rapport

Vous pouvez donc maintenant créer votre modèle de sécurité directement dans ProcessMaker. Vous pouvez ensuite décider quelles données doivent figurer dans votre rapport et comment les filtrer. Et maintenant, vous pouvez décider si vous voulez utiliser un rapport tabulaire ou un gadget graphique. Bien entendu, tout peut être exporté aux formats .xls, .pdf ou .doc.
Il y a encore beaucoup à faire en matière de rapports ... c'est-à-dire que vous pourrez bientôt transformer n'importe quel rapport en un tableau de bord personnalisé. Mais je vais garder cela pour un autre article. En attendant, jetez un coup d'œil à ces exemples de rapports :

Demander une démo

    Consentement à la politique de confidentialité En cochant cette case, vous consentez à Déclaration de confidentialité du fabricant de processus.



    Mise à jour sur la protection de la vie privée
    Nous utilisons des cookies pour rendre les interactions avec notre site web et nos services faciles et significatives. Les cookies nous aident à mieux comprendre comment notre site web est utilisé et à adapter la publicité en conséquence.

    Accepter