Il est temps de repenser la lutte contre le blanchiment d'argent

Cheyenne Noelle 13 novembre 2019 Finance

lutte contre le blanchiment d'argent

La lutte contre le blanchiment d'argent est l'une des plus grandes menaces qui pèsent aujourd'hui sur les institutions financières. Dans un monde de gratification instantanée, les consommateurs ont fait pression sur les banques pour qu'elles proposent des solutions répondant à leurs attentes dans le secteur financier. Alors que les banques équilibrent cette demande avec le besoin de conformité, beaucoup d'entre elles s'efforcent de répondre aux exigences réglementaires, d'offrir une expérience client exceptionnelle et de sécuriser leurs transactions.

Pour relever ces défis, les banques reconnaissent la nécessité de réorganiser le processus actuel de lutte contre le blanchiment d'argent (AML). Dans cet article, nous discutons des tenants et aboutissants de la lutte contre le blanchiment d'argent et des problèmes qui affligent le secteur aujourd'hui - et, en fin de compte, de la manière d'améliorer le système.

Qu'est-ce que la lutte contre le blanchiment d'argent ?


La LAB désigne les mesures utilisées par les institutions financières et les gouvernements pour prévenir et combattre les crimes financiers. Ces mesures comprennent le blanchiment d'argent, le financement du trafic de stupéfiants, le financement de la traite des êtres humains et le financement du terrorisme. La politique LAB d'une institution financière s'inscrit dans le cadre plus large de son programme de conformité LAB, en restant conforme aux réglementations LAB locales.

Ce que chaque programme LAB devrait inclure


Un programme LAB typique comprend les éléments suivants :

  • Connaître son client (KYC). De nombreuses banques confondent les détails de la connaissance du client avec la lutte contre le blanchiment d'argent, ce qui entraîne souvent des politiques de conformité faibles et des amendes réglementaires. Le KYC est le processus de vérification de l'identité d'un client. Avant qu'un client puisse utiliser les fonctions bancaires, il doit fournir une pièce d'identité valide.
  • Évaluation des risques. L'évaluation des risques permet de comprendre parfaitement un client et le risque potentiel associé à la conduite des affaires. Les banques peuvent déterminer si un client est à faible risque ou à risque élevé en utilisant un modèle de notation. Ce modèle de notation doit tenir compte de plusieurs facteurs de risque, comme la situation géographique et les résultats du processus de diligence raisonnable du KYC, avant de procéder à l'approbation.
  • Formation du personnel chargé de la mise en conformité avec la LAB. Plus d'éducation conduit à moins d'ignorance et moins d'erreurs, en particulier dans l'enseignement de la législation. Un programme de formation LAB efficace doit prendre en considération le profil de risque de l'entreprise et le type de services qu'elle offre. La formation du personnel doit également comprendre une formation approfondie sur les cadres financiers et juridiques et les exigences réglementaires.
  • Contrôles internes et audits indépendants. Les contrôles internes sont des politiques créées pour atténuer les risques de blanchiment d'argent. Ils permettent également de rester en conformité avec la réglementation en matière de lutte contre le blanchiment d'argent. Les banques sont tenues par la loi de mettre en place des contrôles pour le partage des informations au sein de l'entreprise à des fins de lutte contre le blanchiment d'argent.


Un audit indépendant est un examen détaillé de l'évaluation des risques et du programme de conformité de l'entreprise par un auditeur. Les autorités de régulation s'appuient sur ces audits pour découvrir les cas susceptibles d'enfreindre la réglementation LAB au cours de la période couverte par l'audit.


Avec suffisamment de place pour des procédures supplémentaires selon la banque, ce sont les bases de tout programme de lutte contre le blanchiment d'argent. Réduire les coûts de sécurité et de qualité dans un programme de lutte contre le blanchiment d'argent entraîne des conséquences dramatiques.

Les enjeux de la lutte contre le blanchiment d'argent


Le risque pour la réputation des banques et la menace que représentent les activités criminelles pour la sécurité mettent le secteur financier à rude épreuve. Selon L'Institut de finance internationale (IIF), la mise en conformité peut coûter à une institution financière jusqu'à 1 milliard de dollars US en dommages et intérêts. L'enjeu est de taille, si l'on considère que la valeur moyenne des dix premières marques bancaires est actuellement 45 milliards de dollars.

Longtemps considérée comme un processus dépassé, avec trop de points de contact manuels avec les clients, la lutte contre le blanchiment d'argent est une préoccupation importante pour l'économie. Les frictions conduisent à une une mauvaise expérience de l'utilisateurce qui a conduit de nombreux clients à abandonner le processus d'embarquement. En outre, l'augmentation des risque de tiers et l'avènement de la transformation numérique a créé une croissance explosive des activités financières illégales aux mains de criminels férus de technologie.

Ci-dessous, les trois principaux défis auxquels les banques sont confrontées aujourd'hui en ce qui concerne leurs processus de lutte contre le blanchiment d'argent :

  • Processus obsolètes. Traditionnellement, la communication entre les institutions financières et les autorités gouvernementales a été unilatérale, longue dans le temps et reposant sur des processus manuels ou à forte intensité de papier. L'absence de flux d'informations en temps réel et de visibilité sur les transactions illicites a créé des failles que les criminels mettent à jour à grande échelle. BankNXT dit que de nombreuses banques fonctionnent comme une "île", ce qui signifie que les banques ne se parlent pas et travaillent de manière isolée. Il est donc très facile pour un blanchisseur de passer d'une banque à l'autre.
  • Lent à innover. Les solutions héritées, le manque d'efficacité opérationnelle et les processus manuels à forte intensité de papier existent encore aujourd'hui dans de nombreuses banques. Qu'est-ce qui les freine ? Experts affirment que si la plupart des liftings techniques ont eu lieu sur le front (comme les applications bancaires mobiles), de nombreuses banques ont du mal à les étendre au back-office. La combinaison de multiples systèmes hérités, de flux de travail sur papier et d'un manque d'infrastructure et de personnel informatique sophistiqué rend la transformation numérique écrasante.
  • Une politique stricte, en évolution rapide. Face à la menace croissante de la criminalité financière, les banques tentent de répondre aux attentes des politiques au détriment de la qualité. Dé-risqueLa plupart des banques qui ne sont pas en mesure de fournir des services financiers, ou qui mettent fin à leurs relations d'affaires avec des banques plus petites dans certaines régions du monde, sont de plus en plus nombreuses. Les experts de l Collectif Sécurité Humaine et Centre européen pour le droit des organisations à but non lucratif pensent que cette lutte est une réponse au non-respect des réglementations LAB.

Une nouvelle vague d'innovation

La nécessité de réorganiser le processus de lutte contre le blanchiment d'argent a donné naissance à une nouvelle race d'entreprises au sein de l'écosystème FinTech. “RegTech"est un terme général qui désigne une technologie qui aide les banques à se conformer aux réglementations dans le but de faciliter les processus de conformité de manière agile. Pour profiter des avantages de RegTech, les banques doivent tenir compte des éléments suivants dans la recherche d'une solution automatisée de qualité pour la lutte contre le blanchiment d'argent :

Intégrations. Pour saisir et traiter de grandes quantités de données de transaction, vous souhaitez investir dans une solution facile et rapide à mettre en œuvre. Les capacités d'intégration permettent à votre personnel d'utiliser les outils qui leur sont familiers tout en augmentant la valeur de ces investissements existants. Vos solutions existantes, et les données de ces solutions, passent toutes par une base de données centralisée. Vous serez en mesure de maîtriser vos processus d'entreprise avec une rapidité et une transparence accrues.

Souplesse des rapports. Il est essentiel de trouver une suite logicielle de gestion qui permette une visibilité approfondie de la propriété des processus lors de l'établissement de rapports internes entre gestionnaires. En matière de conformité, investir dans un outil qui relie vos solutions existantes sur une plate-forme unique pour un reporting en temps réel peut faciliter l'agrégation des données lors des contrôles d'audit. Vous n'aurez plus jamais à craindre de manquer une échéance.

Optimisation automatisée. Améliorer les systèmes de notation des risques en utilisant l'optimisation des processus aide les banques à être compétitives dans un marché tendu. L'automatisation pour répondre à la conformitéainsi que l'apprentissage machine et l'embarquement numérique, sont des moyens pour les banques de réduire les coûts administratifs, d'accroître la sécurité et d'éviter les répercussions juridiques.

Rétablir l'intégrité du secteur financier
Il est évident que la lutte contre le blanchiment d'argent est un fléau pour le secteur financier aujourd'hui. Les professionnels de la gestion des fraudes qui cherchent une solution doivent exploiter le potentiel de la transformation numérique pour lutter contre la criminalité financière.

En investissant dans l'automatisation de la lutte contre le blanchiment d'argent, les institutions financières peuvent améliorer leur efficacité tout en offrant une expérience client supérieure. Il en résulte une banque plus forte et plus sûre, capable de relever les défis auxquels sont confrontés de nombreux établissements sur le marché financier actuel.


Saviez-vous que ProcessMaker est spécialisé dans la fourniture de solutions de flux de travail hybrides et complètes pour le secteur financier ? En savoir plus sur la façon dont nous avons aidé les banques à réduire les risques et à se conformer à nos dernières solution bancaire en bref.


À propos de ProcessMaker

ProcessMaker est un logiciel de gestion des processus commerciaux et de flux de travail à faible code. ProcessMaker permet aux analystes commerciaux de collaborer facilement avec l'informatique pour automatiser des processus commerciaux complexes reliant les personnes et les systèmes existants de l'entreprise. Basé à Durham, en Caroline du Nord, aux États-Unis, ProcessMaker dispose d'un réseau de partenaires répartis dans 35 pays sur les cinq continents. Des centaines de clients commerciaux, dont de nombreuses entreprises du classement Fortune 100, font confiance à ProcessMaker pour transformer numériquement leurs processus commerciaux de base, ce qui leur permet de prendre des décisions plus rapidement, d'améliorer leur conformité et d'accroître leurs performances.

    Restez au courant des nouvelles et des idées de ProcessMaker

    Mise à jour sur la protection de la vie privée
    Nous utilisons des cookies pour rendre les interactions avec notre site web et nos services faciles et significatives. Les cookies nous aident à mieux comprendre comment notre site web est utilisé et à adapter la publicité en conséquence.

    Accepter